Algérie : Les gardes communaux ne désarment pas

Par défaut

Le quartier Zabana à Blida a renoué ce mardi avec la présence de milliers de gardes communaux qui ont décidé d’un sit-in devant le siège de la délégation de la garde communale de Blida devenu le point de ralliement de gardes communaux qui ont afflué de toutes les wilayas du territoire national.

Sur place, et malgré la chaleur accablante, le soleil brulant et la sueur qui collait les vêtements à la peau, des milliers d’entre ces algériens qui ont combattu le terrorisme depuis les premières heures attendaient la réponse du gouvernement qui leur sera transmise par leurs délégués au niveau du ministère de l’intérieur. L’atmosphère était pesante, on sentait que quelque chose de très important se passait là, mais c’était très imprécis.

Les gardes communaux, la peau basanée par le soleil, les épaules basses et la démarche lourde, semblaient prêts à tout mais gardaient quand même l’espoir que leur attente allait être récompensée et leurs revendications « pourtant simples et légitimes » acceptées. Quand nous nous sommes rapprochés d’un groupe qui se tenait à l’ombre d’un arbre, juste en face de la délégation de wilaya, nous fûmes aussitôt entourés de près d’une dizaine d’entre eux, d’autres nous regardaient d’un air blasé alors que certains avaient l’air de nous jauger, comme si nous pouvions être des « provocateurs envoyés par les autorités ». En effet, dès les premières paroles, l’un d’entre eux qui s’était porté volontaire pour nous parler affirma que : « on a fait savoir aux habitants du quartier Zabana que nous (les gardes communaux) allions nous attaquer aux magasins pour les piller, juste pour les monter contre nous, même s’ils doivent envoyer quelqu’un de chez eux pour saccager les magasins et nous faire endosser leurs actes ». Il déclara que ce sont les habitants qui leur ont dit qu’ils avaient été avertis (on ne sait comment) que les gardes communaux allaient les attaquer, mais « nous les avons tranquillisés et assurés que nous n’avions rien contre eux » précisa notre interlocuteur. Invité à nous raconter les péripéties de la veille quand ils ont voulu regagner El Mouradia, le garde communal prit soudain un air triste, mi-résigné mi-décidé au pire et commença par : « nous avons acheté des roses avant de partir et nous les avons remises aux policiers qui se trouvaient à proximité de nous, nous leur avons dit que nous faisions partie de la même famille, que nous étions deux institutions de la république. Nous avons pris le départ vers 4 h du matin, nous avons occupé la bande d’arrêt d’urgence pour ne pas gêner la circulation, encadrés par des policiers. Nous avions aussi des roses et des branches d’oliviers pour dire que notre marche était pacifique, que nous voulions juste faire entendre nos voix aux plus hautes autorités du pays ». Toujours selon le narrateur, la procession, forte de plus de 40.000 gardes communaux a continué son chemin sans être empêchée jusqu’à Birkhadem mais : « une fois à Ain Kerma, et après avoir quitté l’autoroute Alger-Blida, nous avons remarqué que la route que nous avions empruntée était vide, elle était réservée juste pour nous.

Nous avons aussitôt senti que quelque chose se préparait, surtout quand des citoyens nous ont prévenus qu’il valait mieux ne pas continuer. En outre, des jeunes de la localité ont voulu se joindre à nous, mais nous avons refusé pour éviter toute équivoque et toute provocation » a-t-il continué. Il a d’ailleurs fallu l’intervention de notables pour que les jeunes consentent à ne pas accompagner les gardes communaux dans leur marche. Après avoir parcouru quelques centaines de mètres, les gardes communaux ont été accueillis par un cordon de policiers anti-émeute qui utilisaient un canon à eau. « Ils (les policiers) nous barraient la route mais ils avaient préparé tout un chargement de pierres derrière eux, nous avons tenté de les repousser mais une pierre –la première- est partie de chez les policiers » nous a affirmé notre interlocuteur. Ce fut ensuite l’empoignade, avec des mottes de terre au début puis « en leur rendant les pierres qu’ils nous lançaient » a-t-il précisé. Derrière ce premier cordon, il y avait des milliers d’agents anti-émeute qui attendaient de pied ferme les marcheurs, « avec des grenades lacrymogènes, des chiens et des bâtons » continua- t-il. Malgré leur nombre très important, les gardes communaux se rendirent très vite compte qu’ils ne pouvaient plus aller plus loin et ils décidèrent de rebrousser chemin. Arrivé à ce point de sa narration, le garde communal qui nous racontait ces péripéties changea de ton, l’amertume se lisait sur son visage et ses yeux s’embuèrent presque, les paroles devinrent saccadées, comme si ce qui s’est passé ensuite avait occasionné une cassure inattendue : « Nous avons alors décidé de revenir sur nos pas, nous leur avons tourné le dos pour repartir d’où nous venions, mais ils nous ont poursuivi avec le canon à eau, bien qu’ils se soient rendu compte que nous ne voulions plus avancer vers Alger. Nous n’avons jamais pensé qu’ils feraient cela » l’avons-nous entendu nous dire, les yeux dans les yeux. Tous ceux qui nous entouraient s’étaient tus, comme pour conjurer des moments difficiles qu’ils ne souhaitent plus se rappeler…Lire la suite de l’article

Source : Le Quotidien d’Oran

About these ads

5 réflexions sur “Algérie : Les gardes communaux ne désarment pas

  1. ahmeda

    الحرس البلدييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييييي

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s