50 ans après, que reste-t-il de la Guerre d’Algérie?

Par défaut

Par Emmanuel Hecht (L’Express), publié le 18/03/2012 à 08:15, mis à jour à 08:19

Le 25 juin 1962, soit quatre jours avant de quitter Oran, l’OAS fait sauter les dépôts de la British Petroleum.

En ce 5 juillet 1962, de nombreux musulmans d’Oran se rendent sur les rives du Petit Lac, où les flamants roses et les grues font halte à chaque migration. Ils célèbrent l’indépendance de l’Algérie. L’activité y est inhabituelle, les clameurs se mêlent aux youyous des femmes. Soudain, plusieurs véhicules bâchés débarquent des Européens capturés. Les soldats s’apprêtent à les abattre lorsqu’ils sont bousculés par des civils armés de couteaux, de haches, qui se chargent du sale travail. Dans le centre d’Oran se déroulent des scènes similaires. Les troupes françaises, 18 000 hommes sous les ordres du général Katz, ne bronchent pas. De Gaulle n’avait-il pas déclaré, à propos des pieds-noirs : « Eh bien, ils souffriront… » ? Seuls quelques officiers sauvent l’honneur en contrevenant aux ordres, comme le lieutenant Rabah Khelif, un ancien d’Indochine, qui libère des victimes des mains des ravisseurs. Au total, 700 Européens périssent. Il faudrait y ajouter les musulmans victimes de règlements de comptes et jamais dénombrés. Guillaume Zeller, journaliste et petit-fils de l’un des quatre généraux putschistes de 1961, reconstitue rigoureusement ce « massacre oublié », « cette page honteuse de l’histoire française », selon le spécialiste Benjamin Stora.

Ce 5 juillet 1962, Oran, la ville de naissance d’Yves Saint Laurent, de Nicole Garcia, d’Alain Chabat et d’Etienne Daho n’a plus rien à voir avec ces plages où « tous les matins d’été ont l’air d’être les premiers du monde », comme l’écrivait Camus. Les pieds-noirs n’ont jamais été aussi seuls. L’OAS a quitté la ville le 29 juin. Quatre jours plus tôt, l’armée secrète avait, en un ultime baroud, fait sauter les dépôts de la British Petroleum sur les docks, libérant 50 millions de litres de pétrole. Les flammes s’élevaient dans le ciel à une hauteur de 150 mètres…Lire la suite

L’EXPRESS.fr

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s